Les frères se présentent

Frère Raffaele Ruffo

Je suis né à Gênes (nord-ouest d’Italie) en 1966. J’ai passé mon bac dans une école technique qui préparait à travailler en entreprise internationale. Ensuite je me suis spécialisé en biotechnologies. J’ai travaillé à l’Institut qui s’occupe des traitement des tumeurs à Gênes et après quelques mois le Seigneur m’a appelé à la foi et peu de temps après à la vie consacrée et au ministère sacerdotal. J’ai fait ma première profession religieuse en 1993 et en 2000 j’ai été ordonné prêtre. En 2011 je suis reçu Docteur en Théologie et j’ai publié quelques livres de spiritualité, en particulier franciscaine : Francesco uomo della lode ; Le virtù francescane. Un itinerario di gioia per un nuovo stile di vita ; Perché Dio è amore. Piccolo trattato di teologia dell’amore ; Francesco d’Assisi. Un santo dai mille volti ; Capire per credere. Una fede da ri-pensare ; Non voglio essere ladro. Francesco d’Assisi e la restituzione dei beni. En 2008 avec des amis j’ai créé un groupe musical, les FRARAF, pour soutenir les œuvres missionnaires des Frères Capucins au Pérou et en RCA (sur Youtube vous pouvez trouver quelques vidéos). Nous avons enregistré deux disques : Cadesse il mondo et Vorrei cambiare. Je suis venu à Clermont-Ferrand la première fois en 2010-2011 (six mois), pour y revenir en 2014. Et je suis l’actuel gardien de la fraternité.

Frère Mitja Ponikvar

Je suis frère Mitja. Je suis né en 1975 en Slovénie. Mon enfance s’est passée tranquillement, dans la famille traditionnelle chrétienne. Mais, comme beaucoup d’adolescents avec les tempêtes de la vie je me suis éloignée de l’Eglise et de la prière. Grâce à la vie paroissiale, au curé et un autre ami prêtre, et je crois grâce aux prières des beaucoup de chrétiens, je me suis à nouveau ouvert à la foi. Néanmoins, il me fallut encore du temps pour comprendre la volonté divine sur moi. Après quelques années de maturation dans la foi, j’ai suivi Jésus dans la vie religieuse. Le soir où j’ai remis ma vie dans ses mains, reste un des moments les plus beaux de ma vie. Jésus me n’a pas déçu. Je lui suis aussi reconnaissant que la vie religieuse m’ait conduit ici en France. Cela me demande un nouveau pas de confiance en lui. Déjà la France est différente de ce que j’ai connu, et encore plus notre fraternité, composée de frères venant du monde entière. Dans mon service pastoral j’aime le plus donner les sacrements : d’abord l’Eucharistie et la confession où je suis au service  de Dieu qui travaille dans les cœurs blessés par péché. Je suis disponible pour le service des malades où je viens d’être engagé. Dans tout cela, je loue Dieu de m’avoir créé et appelé à son service.

Frère Yvon Person

Inscrit Person Joseph à l’état civil et à mon Baptême en 1930 je suis Joseph, Job, Jopic, Jo pour les personnes qui me connaissent d’avant 1955. Au noviciat m’a été attribué Yvon. Prénom qui n’a pas  été unanimement adopté. Je réponds à Yvon, Joseph, Job, Jopic, Jo. Qui plus est, depuis mon noviciat à Frère Yvon et mon ordination de prêtre à Père Yvon. Je comprends les demandes : « Comment faut-il vous appeler ? ». Car un prénom dit la personne et son mystère, distance comblée ou à combler, relation personnelle, voire unique. Un jour viendra, pas si éloigné où j’espère entendre mon prénom par Celui qui m’ordonnera de venir à Lui. Aujourd’hui, à 88 ans dont d’abord 30 en France, 25 en Turquie, 25 de nouveau en France (9 à Clermont) et 7 ou 8 autres en divers lieux pour la formation et les études, tous ces prénoms me vont bien.

 Frère Sylvain Pascal Rafamatanantsoa 

Je suis né à Tritriva, une commune rurale dans la province d’Antananarivo, la Capitale de Madagascar (1980), d’une famille catholique pratiquante. Une question unique m’a émerveillé depuis mon enfance à environ 10 ans : «la personne de Jésus ». Cette question m’est venue d’une lecture suivie d’un petit livre intitulé « Qui est Jésus de Nazareth », écrit dans ma langue maternelle et illustré photos très frappantes pour les enfants. L’auteur répète très souvent dans son œuvre que Jésus a besoin de certains hommes et femmes pour vivre et travailler en particulier avec Lui. C’est de tel contexte que naissait en moi le désir de comprendre et de devenir religieux. Le contact fréquent des prêtres et des religieux (ses) dans les établissements catholiques m’a permis de mieux comprendre ce que j’ai lu dans le petit livre.  J’ai rencontré les frères capucins dans une occasion soudainement provoquée par des amis d’enfance. J’étais touché à ce bon moment par l’habit des frères, l’explication de l’histoire de saint François, l’apparence des frères de visages différents avec des accents différents dans leur langue comme dans leur comportement, qui mangeaient, priaient, travaillaient et jouaient ensemble. Je suis reçu dans l’Ordre des Frères Mineurs Capucins à l’âge de 23 ans. J’ai été ordonné prêtre le 25 juillet 2015. J’ai reçu une mission de formation auprès des jeunes que j’ai exercé trois ans à Madagascar. Je suis arrivé en France pour continuer ma vie et ma mission dans l’Ordre depuis le mois de Juin 2018. La vie de prière, la vie fraternelle, le travail manuel, l’étude et l’annonce de la Parole de Dieu et le partage de vie avec les gens demeurent sources de courage et de joie dans ma vie capucine. Je reste toujours émerveillé par le désir de connaître et de m’unir au Christ en m’adaptant à la spiritualité de saint François d’Assise. Deux expressions franciscaines restent toujours vivantes dans ma vie quotidienne : « Seigneur que veux-tu que je fasse » et « Il est bon pour des frères de vivre ensemble et d’être unis ».