Horaires

Horaires de la chapelle

La chapelle est ouverte tous les jours (sauf le dimanche) : de 7h à 12h et de 15h à 20h30.

Dimanche : de 9h à 12h et de 17h à 20h30.

  • Eucharisties

L’Eucharistie est notre pain quotidien. Elle nous unit au Corps du Sauveur et fait de nous ses membres afin que nous devenions ce que nous recevons. L’Eucharistie anticipe et donne l’avant goût du Royaume qui vient. C’est pourquoi il convient que la liturgie eucharistique soit célébrée « chaque jour ». Les frères se retrouvent quotidiennement pour célébrer ensemble la source et le sommet de leur vie consacrée.

Dimanche et fêtes, à 19 h (Vêpres à 18h30),
du lundi au vendredi, à 19 h (Vêpres à 18h30),
samedi, à 12 h.

  • Sacrement de la réconciliation (confessions)

Le Seigneur agit dans le sacrement de réconciliation et de pénitence. Il s’adresse personnellement à chacun des pécheurs « Mon enfant, tes péchés son remis » (Mc 2,5). Il est le médecin qui se penche sur chacun des malades qui ont besoin de lui pour les guérir. Il les relève et les réintègre dans la communion fraternelle. La confession est la forme la plus significative de la réconciliation avec Dieu et avec l’Eglise.

De septembre à juin, un prêtre est disponible du mardi au samedi,
de 10h à 12h, de 15h à 18h, et après la messe de 19h (jusqu’à 20h).

En juillet et en août, ainsi que les semaines qui suivent Noël et Pâques,
les confessions sont proposées seulement l’après-midi (du mardi au samedi), de 15h à 18h
et, en semaine, après la messe de 19h (jusqu’à 20h).
Du pape Benoît XVI, message pour la journée des malades 2012 :
«L’Église, en continuant de proclamer le message de pardon et de réconciliation de Jésus, ne cesse jamais d’inviter l’humanité tout entière à se convertir et à croire à l’Évangile. Elle fait sien l’appel de l’apôtre Paul :  « Nous sommes donc en ambassade pour le Christ ; c’est comme si Dieu exhortait par nous. Nous vous en supplions au nom du Christ : laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2 Co 5, 20). Durant sa vie, Jésus annonce et rend présente la miséricorde du Père. Il est venu non pour condamner mais pour pardonner et sauver, pour donner de l’espérance même dans les ténèbres les plus profondes de la souffrance et du péché, pour donner la vie éternelle ; ainsi dans le sacrement de la Pénitence, dans « le remède de la confession », l’expérience du péché ne dégénère pas en désespoir mais rencontre l’Amour qui pardonne et transforme . Dieu, « riche en miséricorde » (Ep 2,4), comme le père de la parabole évangélique (cf. Lc 15, 11-32) ne ferme son cœur à aucun de ses fils, mais Il les attend, les recherche, les rejoint là où le refus de la communion emprisonne dans l’isolement et la division, Il les appelle à se rassembler autour de sa table, dans la joie de la fête du pardon et de la réconciliation. Le temps de la souffrance, dans lequel pourrait surgir la tentation de s’abandonner au découragement et au désespoir, peut alors se transformer en temps de grâce pour rentrer en soi-même, et comme le fils prodigue de la parabole, pour réfléchir à sa vie, en y reconnaissant des erreurs et des échecs, pour éprouver la nostalgie de l’étreinte du Père, et reprendre le chemin vers sa maison. Lui, dans son grand amour, veille toujours et partout sur nos vies et nous attend pour offrir à chacun des enfants qui reviennent à Lui le don de la pleine réconciliation et de la joie.»
  • Adoration du Saint-Sacrement

Le Christ se rend présent et demeure dans l’Eucharistie pour nourrir les croyants de sa Vie. Dans l’adoration le Christ nous offre sa présence et sollicite notre hospitalité. Il nous apprend à devenir, comme lui, enfant de Dieu, heureux de nous recevoir du Père et de nous donner à lui. L’adoration du Corps Eucharistique est aussi une invitation à vénérer le Seigneur en chacun des membres qui forment son Corps – l’Eglise.

Tous les vendredis, de 8 h à 21 h (y compris durant les vacances scolaires),
de septembre à juin. (Vêpres à 18h30 et messe à 19h).

stsacrement